Français

La filière des légumes biologiques est très diverse et se caractérise par différentes structures :

  • Le petit maraîchage diversifié : de 0,5 à 5-6 ha, où une large gamme de légumes (généralement plus de 15) sont travaillés, que ce soit sous abris ou en plein champ et pour lesquels beaucoup de circuits de commercialisation de proximité sont utilisés (marchés, AMAP, vente-directe, …)
  • Le maraîchage spécialisé : de 5 à 20 ha, qui bénéficie d’une mécanisation plus forte et où le nombre d’espèces cultivées est réduit pour une commercialisation mixte entre circuits courts et longs.
  • La production légumière : avec plus de 0,5 ha par espèce, il s’agit d’exploitations de tailles allant de 20 à plus de 100 ha avec une forte mécanisation. Cela implique des rotations plus courtes et une diversité de production plus limitée. La valorisation se fait alors par l’intermédiaire de circuits longs, de débouchés en gros ou demi-gros.
  • Ils diversifient également leurs rotations avec la mise en place de 1 ou 2 légumes dans leur cycle. L’objectif est d’apporter de la valeur ajoutée et un élément de diversification dans l’assolement.

Pour chaque structure, les critères de production et/ou de qualité sont plus ou moins importants. La fertilisation doit donc être ajustée à la rotation afin de répondre aux objectifs de production.

Carotte

Dans ses premiers stades, la carotte est une culture sensible aux stress (maladies, ravageurs, adventices). Une fertilisation ajustée est nécessaire pour limiter leurs risques et favoriser un développement rapide de la culture.

En savoir plus

Tomate

La tomate  est une espèce très exigeante d’un point de vue climatique. Dans ses premiers stades de développement, c’est une culture sensible à la concurrence des adventices, notamment en agriculture biologique.

En savoir plus